1
Les compositeurs de musiques de films

Musiques de films

Pour en savoir plus sur les compositeurs de musiques de films et leurs créations, parcourez les pages suivantes !

2
La critique de film d'Alix

Critiques de films

3
Le Top 100 des plus belles musiques de films

Les 100 + belles BO de films

Est-ce possible ? Possible, oui bien sûr mais raisonnable, beaucoup moins.

Lecture à page ouverte

Les livres présentés dans cette page vous sont recommandés par les Mélodies Modernes. Vous ne pouvez pas les acheter sur ce site alors rendez-vous chez votre libraire habituel. Bonne lecture !

 

Des bretons malmenés

Les citations du jour : « Il vaut mieux hasarder de sauver un coupable que de condamner un innocent ». Voltaire. Évidemment, quand on s’appelle Seznec, on est malheureusement désigné coupable pour l’éternité. Mais d’autres affaires encore laissent le public pour le moins circonspect, celle du Bugaled Breizh en tête… Il semblerait décidément que dans plusieurs cas précis, il ne fait pas bon être breton. « La promptitude à croire le mal sans l’avoir assez examiné est un effet de l’orgueil et de la paresse. On veut trouver des coupables et on ne veut pas se donner la peine d’examiner les crimes ». François de La Rochefoucauld. La justice ne devrait jamais devenir injuste sinon qu’adviendrait-il de notre société ?

Deux ouvrages incontournable pour un scandale d’État

Le Bugaled Breizh de Laurent RICHARD et Sébastien TURAY chez First Éditions

« Serge, viens vite, on chavire ! Fais vite, on chavire ! ». Il répète plusieurs fois la même phrase emporté par la panique avant que Serge ne lui réponde : « Qu’est ce qui t’arrive ? ». Par ce court extrait du livre on tâche de nous faire revivre les derniers moments du Bugaled Breizh, coulé à pic en une fraction de secondes ce 15 janvier 2004. Cinq marins expérimentés vont disparaître sous les flots pendant qu’une multitude de sous-marins jouent à la guerre : l’Otan fait ses grandes manœuvres sur la zone du naufrage et l’enquête indépendante de deux journalistes courageux à la recherche de la vérité nous révèlent à quel point on nous prend, trois ans après, toujours pour des c… La raison d’état qui protège un sous-marin anglais est un bien infiniment plus précieux que la vie de quelques travailleurs de la mer pensez donc. « Même au plus haut niveau, la communication sur le sujet semble répondre à une tactique éprouvée : nous ne sommes pas responsables, nous ne savons rien mais nous faisons tout pour vous aider ce qui prouve notre bonne foi et nous dédouane de toute explication. Et jusqu’à présent, la justice a mordu à l’hameçon ». Lisez ce livre pour vous forger votre propre opinion et vous cher lecteur/chère lectrice, soyez solidaire, rempli(e) de compassion et révolté(e) pour les malheureux bretons que l’on prend, trois ans après, toujours mais vraiment toujours pour des c… Air connu.

Fin juin 2007, la justice française vient d’admettre qu’un sous-marin est la cause probable n°1 du nauffrage. Et les langues se délient comme les démarches de soutien du côté de nos amis anglais : un jour prochain va t-on enfin connaître la vérité ? Qui ne voudrait pas que cette vérité éclate au grand jour et pourquoi ?

Rentrée scolaire 2008 : le rapport des deux experts indépendants démontre qu’un sous-marin nucléaire d’attaque a coulé le Bugaled Breizh en quelques minutes seulement. Quelle considération la justice va t-elle avoir pour ce rapport à la conclusion révoltante au moment même où intervient la nomination d’un nouveau Procureur au Tribunal de Quimper en charge de l’affaire ?

Début 2009, le Tribunal devait statuer sur un Non-lieu, nous sommes fin novembre et la Justice réclame enfin un complément d’enquête (qui va être effectué par un militaire, aïe aïe aïe ?). Va t-il savoir travailler en sous-marin pour débusquer les coupables ? Va t-on enfin démontrer que la Justice française est véritablement indépendante des intérêts politiques internationaux ou va t-on assister à l’agonie finale des familles meurtries et flouées depuis si longtemps ? Le futur proche sera t-il honnête ou minable ? Ce n’est qu’un début, continuons le combat !

En avril 2010 la Justice française nous apprend qu’il s’agit bien d’un sous-marin et qu’il est américain. Identifié avec son équipage fortement suspecté d’homicide involontaire, l’Oncle Sam va t-il se pencher sur ce bateau protégé par le silence coupable des autorités de son propre pays ou laisser les tueurs sans jugement ? L’Amérique est une grande démocratie alors…

Le blog officiel du Bugaled, cliquez ici (infos Skyrock)

Bugaled Breizh Mélodies ModernesBugaled Breizh l’enquête torpillée de Jacques Losay (2014). Préfaces de Michel Douce et Dominique Launay. Locus Solus éditions.

La Justice française… Comment peut-on conclure à un accident ? Pourquoi continue t-on à prendre nos compatriotes pour des couillons ? Le peuple français est devenu adulte de manière admirable et il voit la réalité du monde et des choses de la vie bien en face, sans œillères ni artifices. Les élections le démontrent à chaque fois : soit le vote s’oriente hors des partis hégémoniques depuis des décennies (la droite et la gauche), soit les électeurs s’abstiennent de se rendre aux urnes. Le monde politique a échoué avec trop de promesses non tenues. La Justice va t-elle connaître la même répulsion ? Le Bugaled Breizh est victime du poids invraisemblable mais bien réel des puissances occultes (la finance internationale, les intérêts stratégiques militaires, les maffias de toutes sortes, les extrémismes religieux etc.) qui dominent les plus faibles (États, gouvernants, politiques, célébrités diverses…) et donc le public, victime de la dépossession de son droit élémentaire, celui de se faire respecter. Pourtant, la Révolution française l’a démontrée, nous conservons cette capacité extraordinaire, celui de se faire entendre – et plus encore, d’agir efficacement – dans une démocratie qui aimerait d’urgence retrouver ses généreux principes d’hier aujourd’hui dévoyés et méprisés. Il faut se révolter contre l’injustice et réhabiliter la mémoire souillée des marins du Bugaled Breizh, une tragédie qui restera pas sans résolution. Les responsables du meurtre seront démasqués et punis, même si le naufrage est accidentel. Le silence et l’étouffement de l’affaire est une honte, un déshonneur des milieux militaires directement impliqués dans l’Affaire. Où se trouve le devoir et l’honneur de l’Armée dans un comportement digne de la plus grande des lâchetés : la fuite ?

 

La tête dans les étoiles
Un livre, un DVD


Chroniques des atomes et des galaxies d’Hubert REEVES chez Éditions de Noyelles (édition du Club Fance Loisirs avec l’autorisation des Éditions du Seuil)

Hubert Reeves n’est pas un astrophysicien comme les autres. Pour lui la physique c’est l’étude des étoiles mais son physique est celui d’un chercheur chevronné, d’un savant surdoué, c’est bien simple, on dirait Einstein. Son cœur est resté celui d’un enfant et son âme est ouverte au bonheur mais sa conscience est mise à mal : ici se trouve le nœud du problème. Un scientifique consciencieux n’émet des vérités que lorsqu’elles sont définitivement démontrées. Par exemple, lorsque Hubert Reeves annonce la fin de l’humanité, personne ne met sa parole en doute car nous savons qu’il possède les preuves de ses propos et de ses écrits. J’ai assisté à l’une de ses conférences, cet homme est passionnant mais tellement désabusé -à raison- devant le comportement du genre humain…! Alors quels sont ses deux grands « chevaux de bataille » ? La Galaxie et la Connerie humaine : nous voilà revenu au père de la science moderne qui déclarait que la première n’avait d’égal que la seconde. Dans ses Chroniques, l’astrophysicien nous dévoile quelques uns des grands mystères de l’Univers. Dans un sens, ses explications ne sont pas rassurantes car elles nous laissent sans réponses mais abordées sous un autre angle, elles témoignent de l’ardeur au travail des scientifiques avides de connaissances ; la capacité d’Hubert Reeves à nous passionner pour sa discipline nous transforme petit à petit en chercheur fou désireux de détenir les clés du savoir. Car il existe des masses sombres dans l’Univers qui permettent aux étoiles d’opérer leur mouvement de rotation autour du centre de la galaxie auxquelles elles appartiennent, à l’image de la Lune qui gravite autour de la Terre, mais comment savoir si ces substances existent vraiment et comment connaître leur nature ?

La physique quantique est née dans les années vingt lorsque les physiciens ont percés les premiers mystères de l’atome et compris son fonctionnement. L’antimatière est née à son tour de cette découverte ainsi qu’une quantité inimaginable de phénomènes extraordinaires : les trous noirs, l’énergie sombre, le rayonnement cosmique, les pulsars… Et les univers parallèles. Autrefois, dans les temps reculés de la découverte de notre monde, on pensait que la Terre était plate jusqu’à ce que l’on sache avec certitude qu’elle est ronde (ou presque). Einstein a dit que l’Univers était courbe donc mesurable mais les études récentes disent le contraire, l’Univers serait plat (ou presque). Peut-être est-ce l’image de notre galaxie qui se répète dans le cosmos tels des miroirs qui se renvoient la même image… À l’infini ? Grâce à Hubert Reeves, découvrez de nouvelles dimensions, incroyables, simples et complexes. L’étude de l’infiniment petit nous a permis de nous rapprocher de l’infiniment grand. L’étude de l’infiniment grand nous amènera t-il enfin à réaliser que nous sommes beaucoup et si peu de choses à la fois ?

Hubert Reeves, c’est aussi un DVD passionnant : Conteur d’étoiles, un film de Lolande Cadrin-Rossignol, Éditions M Montparnasse. Nombreux bonus et interview exclusive d’Hubert Reeves.

Pour en savoir + sur l’espace, cliquez ici (rubrique Prendre de la hauteur)

Pour en savoir + sur Hubert Reeves, cliquez ici pour visiter son site officiel

Un volcan nommé Haroun Tazieff Mélodies ModernesUn volcan nommé Haroun Tazieff de Frédéric Lavachery (2014), éditions L’Archipel. Un ouvrage incontournable sur un homme exceptionnel à la popularité immense lui aussi ; les français l’adoraient.

 

Pour en savoir +, cliquez ici (page XXVI des compositeurs)

 

 

 

 

Yves PACCALET ou l’espoir d’un désespéré

L’humanité disparaîtra, bon débarras ! et Sortie de secours d’Yves PACCALET chez Arthaud éditeur

Voilà, c’est fait. Quelqu’un a osé dire tout haut la vérité : l’humanité va disparaître et c’est bien fait pour nous, pauvres connards d’humains. Lorsque Yves Paccalet parle de ses livres et nous dévoile son itinéraire personnel d’une rare richesse, il aime à se souvenir de son enfance heureuse dans son pays savoyard. À cet instant seulement les pensées du scientifique/philosophe/observateur et naturaliste redeviennent douceâtres, aux antipodes du rejet et du dégoût que lui provoque le comportement insupportable de la race humaine. C’était l’époque où un enfant pouvait quitter le chalet familial le matin pour n’y revenir que le soir sans que les parents, beaucoup trop occupés à travailler, ne pense appeler police-secours ou l’armée dès les premières minutes d’absence. De toute façon la montagne était sûre, tout le monde se connaissait et on n’était jamais seul ; on y rencontrait les papillons, les fleurs et les oiseaux, les pierres et la lumière, unique. Comment résister devant tant de beautés naturelles ? Les gens étaient pauvres, oui, mais pas malheureux pour autant. Il y avait un réfrigérateur dans chaque maison, un poste de télévision par foyer – et encore, c’était du noir et blanc et ça ne marchait pas au fond de la vallée -, le village était doté d’une voiture. Une pour tous, tous pour une. Marcher, on connaissait ; ramer et transpirer aussi. Éloigné de la société de consommation et de dépendance dans laquelle nous sommes tombés ces dernières décennies, chacun vivait selon ses moyens : bien, mais sans excès ni opulence. La Terre pouvait satisfaire tous les appétits. Aujourd’hui chaque foyer dispose de plusieurs téléviseurs/magnétoscopes/lecteurs DVD/mp3/jeux vidéos et tout ce que l’on peut imaginer d’inutile avec la combustion énorme d’énergie qui va avec ; chaque individu possède sa propre voiture polluante – ce qui a toujours choqué Haroun Tazieff qui disait « Pourquoi faut-il plus d’une tonne de ferraille et de pétrole pour déplacer un corps de quelques dizaines de kilos seulement ? »…

En 25 ans la consommation n’a cessé d’exploser proportionnellement à l’élévation de notre niveau de vie. Le problème est donc simple, les ressources terrestres sont en voie d’épuisement (le pétrole, l’uranium… l’eau potable et les terres cultivables) en même tant qu’augmente la population mondiale. Un milliard de riches, plus de cinq milliards de pauvres y compris celles et ceux qui ne boivent ni ne mangent à leur faim et comme cela ne suffit pas, les riches veulent devenir plus riches encore jusqu’à institutionnaliser l’obésité totale qui rétrécie l’espérance de vie des nord-américains, un exemple indigne d’une société évoluée pourtant suivit par les pauvres, cette masse d’individus qui n’aspire qu’à devenir riche à son tour. La minorité d’être humain très au fait des problèmes de survie de notre communauté égoïste et opportuniste devrait imposer la sauvegarde des ressources qui peuvent encore l’être (la forêt amazonienne par exemple, violée et détruite qui se venge par le réveil de bactéries mortelles : libérée dans l’atmosphère et acheminées dans tous les pays du monde les épidémies débarquent avec les passagers à prix discount !) et mettre sur pied une autorité mondiale vraiment autoritaire pour assurer le respect de quelques règles simples : moins de profits pour les profiteurs pour donner à manger à ceux qui ont faim. Demain nous serons neuf ou dix milliards les prévisionnistes en sont certains. Alors que fait-on dans cette optique ? Rien ou presque. Les guerres se développent partout sur le globe et l’accès à la bombe atomique demeure une réalité en témoigne l’actualité : dans peu de temps et peu importe l’endroit où l’on sera planqué, on va s’en prendre une dans la tronche. Même recroquevillé dans un trou de fortune, le souffle des explosions, les retombées radioactives et « l’hiver nucléaire » pendant plus d’une année détruira toute forme de vie. Terrés dans leurs bunkers souterrains, les quelques privilégiés qui émergeront n’auront même plus leurs yeux de taupe pour pleurer.

Soyons conscients qu’une petite bombe artisanale fabriquée par des fous furieux risque bientôt de semer la mort dans un pays ou un autre et ce n’est pas un scénario de film catastrophe disparu avec « la guerre froide ». Notre survie ? Puisque l’homme œuvre avec sadisme pour assurer sa propre disparition, pourquoi fabriquer des enfants en leur offrant comme cadeau de bienvenue une vie terrestre très prochainement impossible ? Procréer devient maintenant un acte criminel pense Yves Paccalet et il a raison. Nourrir sa famille uniquement avec des produits labellisés « bio » c’est bien et recommandable mais à condition que les matières premières ne proviennent pas de l’autre bout de la planète : que deviennent leurs étiquettes écologiques quand on a dépensé d’énorme quantités de kérosène en transports coûteux pour les acheminer dans votre assiette ? Hier, Yves Paccalet avait vingt ans et le Commandant Cousteau trente cinq de plus ; il lui disait son espoir de voir l’humanité prendre la bonne direction insufflée par l’action scientifique et de vulgarisation menée par l’équipe de La Calypso (actuellement en résurrection dans le port de Concarneau en Finistère, France). Mais nous nous sommes engagés sur la pente la plus raide : les phénomènes météorologiques monstrueux et rarissimes deviennent de plus en plus fréquents, la pollution n’en finit pas d’augmenter avec les cinquante pour cent actuels de croissance de l’économie chinoise quant aux ours polaires et aux manchots privés de glace et de nourriture, ils témoignent de la fin prochaine de la vie sur la Terre. Einstein nous avait prévenu : quand il n’y aura plus d’abeilles, l’homme ne tardera pas à disparaître à son tour. Eh bien voilà Mesdames et Messieurs, nous y sommes arrivés plus vite que prévu. Nous sommes au pied du mur !

Un cataclysme annoncé qui ne devrait surtout pas vous empêcher de vivre normalement, en commentant les dernières aventures sentimentales d’un certain Président par exemple… Yves Paccalet, pendant nos moments de grande lucidité sur ce qui compte vraiment pour notre avenir, se consolera toujours de notre médiocrité par le fait suivant : à bout de course, le soleil nous brûlera totalement pour devenir un lointain souvenir aux poussières d’étoiles qui rigoleront bien de l’aventure humaine. Effectivement, les extraterrestres de passage dans notre galaxie ou dans ce qu’il en restera penseront à nous, cet être bestial et intellectuel qui avait tout pour vivre heureux mais qui aura tout détruit, lui et sa merveilleuse maison. Il pourront rajouter « Mais qu’est ce qu’ils étaient cons, ces fous d’ Hitler ! ».

Le site officiel du biologiste, ethologiste (science du comportement), naturaliste, écologiste, penseur, philosophe, découvreur et écrivain : cliquez ici (le blog d’Yves Paccalet)

Pour en savoir + sur Yves PACCALET, sur son livre et sur ses très nombreux ouvrages, cliquez ici

Une vidéo récente et une interview exclusive, cliquez ici (document Dailymotion.com)

« Lire un bon roman ne me suffit plus, j’ai maintenant besoin de ces ouvrages d’information et d’investigation pour me rendre à l’évidence : je possède un cerveau et je dois m’en servir ». Anne, 40 ans
À l’eau ? À l’eau ? Vous m’entendez ? 

Les conséquences d’une exploitation irraisonnée de Caroline Idoux chez delachaux et niestlé (éditeur). www.lamartinieregroupe.com

Paris fut submergée en 1910, le zouave du pont de l’Alma venait de boire la tasse. Une catastrophe similaire aujourd’hui emporterait près d’un million de personnes et coûterait 12 milliards d’euros simplement si l’on parle des dommages matériels… A t-on oublié l’Ouvèze qui coulait tranquillement à Vaizon-la-Romaine et qui fit 46 morts en 1992 lorsque la rivière se transforma en quelques heures en torrent de boue diabolique ? Les inondations sont de plus en plus fréquentes on le constate chaque jour et les prévisionnistes de la météo le savent bien : nous allons vivre en permanence dans une canicule interminable entrecoupée de périodes de déchaînement des cieux. En clair, la France a perdu son climat tempéré. A l’échelle du globe le dérèglement climatique engendre de tels drames écologiques et humains que nous n’avons pas fini d’en payer les conséquences. Ce livre à mettre entre toutes les mains apporte des solutions d’avenir et ne se contente pas de dresser un tableau réaliste et donc cataclysmique à partir de données scientifiques indiscutables ; il nous indique la seule marche à suivre pour que demain nous sachions encore ce que signifie boire jusqu’à plus soif ou prendre un bain. Plusieurs millions de personnes ne savent déjà pas ce que cela signifie ; allons nous les rejoindre ou préférons nous les aider pour nous sauver nous-mêmes ?

« Hier l’eau pure à volonté ça coulait de source. Demain la précieuse ressource sera rationnée. Alors, on fait comment maintenant ? ». Katsumi, 19 ans

 

Les O.V.N.I.s 

Troubles dans le cie de Jean-Jacques VELASCO avec Nicolas MONTIGIANI chez les Presses du Châtelet

Jean-Claude Bourret nous a fasciné dans les années 70 avec ses livres et émissions consacrées au phénomène extraterrestre ; parce qu’il n’y a qu’un seul phénomène, simple et clair : nous ne sommes pas seuls ! L’enquête d’expertise démontre l’ampleur des manifestations d’origine inconnue sur lesquelles des personnes très sérieuses et des organismes militaires de première importance travaillent en secret depuis plus de soixante ans. Là encore on voudrait nous faire croire que la science ne peut rien expliquer et qu’aucun rapport n’a été étudié à fond. « Il existe un net refus de débattre sur l’existence d’anomalies pourtant bien réelles » dit le scientifique dans son livre formidable car il sait de quoi il parle pour avoir traité, disséqué et analysé plus de six mille cas d’évènements surnaturels. La réponse viendra peut-être un jour du ciel qui nous fait tant basculer aujourd’hui sur nos certitudes… Un nombre trop élevé de scientifiques restent cloisonnés dans leur cloche en verre corporatiste comme un violoniste de conservatoire peut être sclérosé derrière son pupitre de fonctionnaire désabusé, et il y en a un paquet croyez-moi ! Des spécialistes et autres scientifiques, il ne faut pas en attendre grand chose, paradoxalement. Sans parler du courage politique qui reste inexistant chez nos responsables (sauf chez quelques rares individus exceptionnels à l’image d’un Charles De Gaulle héroïque en 1940 pendant que les autres baissaient leurs pantalons). Heureusement pour nous, on doit remercier une nouvelle initiative personnelle de deux hommes à l’esprit honnête et sincère, un scientifique et un journaliste motivés par un besoin de diffusion de l’information en leur possession, prenant ainsi à contre-pieds la rétention de l’information si caractéristique de notre société dite « moderne ». Une bien triste réalité qui vole en éclats.

Extraterrestres : l’enquête de Stéphane ALLIX chez Albin Michel (éditeur)

Ce livre traite de la même question que le livre précédent (voir ci-dessus) en partant d’un constat : qui sommes-nous donc ? À ce titre, le travail mené par l’ancien reporter de guerre et journaliste d’investigation Stéphane Allix mérite le coup de projecteur des Mélodies Modernes. Les récits de personnes de bonne foi sur leurs rencontres d’un premier, second ou troisième type sont analysés le plus sérieusement du monde par un professeur renommé en psychiatrie (cette discipline est la seule valable du point de vue médical car les psychiatres sont des médecins spécialistes contrairement aux psychologues et psychanalystes…) et il est impossible de douter du fait suivant : nous ne sommes vraiment et certainement pas seuls ! Alors un jour ou une nuit peut-être rencontrerez-vous quelque chose d’inexplicable, de fantastique, d’inespéré ; en cas de rencontre avec un OVNI, n’hésitez pas à faire une déclaration à la gendarmerie la plus proche de chez vous. Donnez aux gendarmes tous les éléments en votre possession (jour, heure, durée de l’observation, bruit, position du phénomène dans le paysage, état du ciel …). Aujourd’hui comme hier d’ailleurs, votre témoignage sera pris en considération. L’auteur du livre demande lui-aussi à connaître votre expérience si vous souhaitez lui en faire part. Nous devons en France faire avancer cette question et obliger les autorités du pays à prendre ce phénomène en considération en menant des études poussées et conséquentes. Trente, quarante, cinquante années viennent de s’écouler et on n’a (officiellement) pas fait grand chose hormis les initiatives engendrées par des professionnels ou des personnes responsables mais qui manquent cruellement de moyens. Nos impôts seraient là bien employés car cette question turlupine tout le monde vous ne pensez pas ?

Pour en savoir +, visitez le site du GEIPAN avec la mise en ligne des dossiers

 

 

L’empreinte des Dieux de Graham Hancock chez Pygmalion (photo 1) ou aux Editions France Loisirs (photo 2)

La carte de Piri Reis est un document authentique. Réalisée à Constantinople en l’an 1513 de notre ère, elle montre des régions libres de glaces telles qu’elles existèrent il y a plus de 6 000 ans avant Jésus Christ. L’énigme de cette carte ne réside pas seulement dans le fait qu’elle indique clairement l’emplacement d’un continent resté inconnu jusqu’en 1818. Le problème, c’est qu’elle fut réalisée à partir d’autres documents bien plus anciens, eux-mêmes inspirées d’un grand nombre de cartes antérieures. Christophe Colomb a certainement été devancé dans ses découvertes et ses travaux mais par qui ? Et comment ? Le professeur Hapgood propose sa version des faits. Soutenu de manière fracassante par Albert Einstein, il n’aura eu de cesse de présenter ses convictions contre vents et marées. C’est toujours très difficile de faire trembler sur ses bases un milieu professionnel enfermé dans ses certitudes… Qui composait cette civilisation capable de dresser une cartographie extraordinaire incluant une parfaite maîtrise de la longitude et de la latitude ? Les peuples de l’Antiquité ne possédaient pas encore les méthodes de calcul nécessaires à la réalisation de cartes élaborées. Alors ? Bien des mystères auraient certainement pu être levés si la Grande bibliothèque d’Alexandrie n’avait pas brûlé un jour et assombri la connaissance de l’évolution de l’humanité depuis ses origines. Mais la théorie du professeur Hapgood sont claires et explicites : la croûte terrestre s’est déplacée en modifiant considérablement le relief de la surface de notre planète jusqu’à immerger de glace l’hémisphère nord et transformer l’Antartique en pays au climat tempéré. La rotation de la Terre imprime une force centrifuge qui agît sur la croûte rigide du globe et à partir d’un certain seuil, il faut le savoir, ça fini par bouger tôt ou tard !

En ce milieu du XVIe siècle, Piri Reis était un Amiral turc de la marine ottomane. Brillant expert en matière d’hydrographie méditerranéenne, son identité a formellement été établie. Il réalisa une brillante carrière en gagnant de nombreuses batailles. Ce qui ne l’a pas empêché de finir décapité. Il n’empêche, ses cartes, conservées dans la bibliothèque Impériale de Contantinople et retrouvées en 1929, contiennent des annotations témoignant la force du propos : son travail est basé sur des ouvrages remontant à la nuit des temps, entre – 13 000 et – 4 000 ans avant J.C. lorsqu’une civilisation très évoluée et disparue on ne sait trop comment ni pourquoi nous fait penser que l’homme moderne du 21e siècle apparaît comme un extraterrestre perdu sur sa propre planète. L’étude minutieuse des travaux réalisés par les premiers cartographes et repris par le français Buache ou le célèbre Mercator en 1569 relègue aux placards les théories de Darwin. Les sources de l’Amazone, les époques glaciaires et le niveau des mers n’ont pas toujours été conformes aux données actuelles : une carte chinoise copiée d’après un original gravé sur un pilier en l’an 1137 contient le même type d’informations extrêmement précises de longitudes que celles retrouvées sur les cartes dressées dans le reste de l’Ancien monde. Le quadrillage et la trigonométrie sphérique sont identiques aux cartes européennes et moyen-orientales de l’époque. Oui, le même niveau de technologie, les mêmes méthodes de calcul et le haut niveau de connaissances mathématiques oriente les recherches modernes dans une seule direction : tous ces documents doivent dériver d’une source commune, un leg scientifique et spirituel transmis à l’échelle du globe en des temps très reculés par une civilisation remarquable. Les fameux Viracochas du Pérou préhistorique sont-ils issus de cette civilisation détruite après un grand dérangement de la Terre ?

Dans ce livre exceptionnel traduit de l’anglais par Philippe Babo, l’auteur, Graham Hancock, assemble pièce après pièce un immense puzzle. De Nazca au Sphinx, il nous révèle preuves scientifiques indiscutables à l’appui, l’existence « d’une civilisation primordiale d’un niveau scientifique et culturel très élevé, anéantie des milliers d’années avant la construction des pyramides d’Égypte dans une catastrophe apocalyptique appelée, si l’on en croit la périodicité fixe des cycles cosmiques, à se reproduire le 23 décembre 2012… ». C’est très sérieux et très éloigné des prédictions fantaisistes de sympathiques personnalités mal inspirées en la matière. Pour rester sérieux, cet ouvrage va devenir votre prochain livre de chevet !

 

 

15 mesures pour sauver l’école de Natacha Polony chez Mille et une nuits (éditeur) www.1001nuits.com

Ce livre à mettre entre toutes les orbites doit être lu en retenant sa respiration. Attention il est dangereux, il contient les éléments de la Vérité ! On y indique ce que l’on doit faire pour permettre à notre vieille société de ne pas sombrer dans un gouffre sans fin. Une école publique qui se porte mal reflète un comportement collectif catastrophique, celui de tous les français écartelés par les excès et les débordements de la société de consommation à outrance : chaque individu ne s’intéresse plus qu’à son propre nombril. Et voici un triste constat : si on suit le discours des hommes politiques, nous avons la meilleure école du monde. Si on écoute les ministres, nous avons plus de 80% d’une même tranche d’âge au Bac. Ce qui confirme la première affirmation. Si on se réfère aux doléances des enseignants, les parents se mêlent beaucoup trop de l’enseignement et si on juge valable les plaintes des parents, on pensera que l’école ne prépare pas assez notre progéniture à trouver un jour un emploi intéressant et très bien payé. C’est à dire à s’insérer dans la société de consommation à outrance. La boucle est bouclée, le chien s’est bien mordu la queue « Tout va très bien Madame la Marquise » (air connu)… Une seule chose est certaine aujourd’hui : Natacha Polony sait de quoi elle parle. Alors qu’est ce qu’on attend pour l’écouter et prendre en compte ses constatations ? L’école publique française est en train de crever et nous avec. Madame La Présidente, sauriez-vous dépasser le cadre de vos difficultés relationnelles toutes personnelles du moment ? Vos problèmes de couple sont tout à fait respectables mais tellement insignifiants au regard de l’intérêt de tout un peuple ! Sauriez-vous vous surpasser au nom de la Nation en livrant une bataille essentielle pour la défense de nos valeurs, de notre mode de vie et de pensée, pour le combat que doit mener la société entière : sauver l’école et l’avenir des français avec ?

Voir aussi dans ce site la rubrique Musique et éducation, cliquez ici

 

 

Un livre à fuir de toute urgence

Ma vérité sur la planète de Claude Allègre, éditions Plon

Voici pourquoi il ne faut pas lire ce livre et surtout ne pas l’acheter. Claude Allègre est un faiseur d’histoires ; pas comme les conteurs, les poètes ou les rapporteurs d’évènements extraordinaires mais plutôt comme un emmerdeur de première. Car il sème la panique partout où il passe ! Ses fonctions auraient dû lui apporter, au fil du temps, clairvoyance et sérénité seulement voilà, M. Allègre fait partie de ces gens qui ne se sentent exister que dans un milieu conflictuel qu’ils créent eux-mêmes. Cela ressemble fortement à de la paranoïa. Ses propos à l’encontre de certaines personnalités sont si désobligeants qu’il doit s’attendre maintenant à une réaction très forte et systématique de l’opinion publique contre toutes ses théories démagogiques ; M. Allègre dénigre toujours les hommes et les femmes remarquables qui font l’admiration du grand public, est-ce par jalousie ou idiotie ? Qu’il sache alors qu’en produisant du mal on doit s’attendre à être combattu par ses propres armes. Personne n’a oublié son conflit ouvert de 1976 avec Haroun Tazieff, le célèbre et très apprécié vulcanologue, lors du grand déménagement inutile de la population guadeloupéenne ; Claude Allègre, à cette époque supérieur hiérarchique du scientifique de terrain à l’Institut de physique du globe, venait de commettre une première grosse erreur d’appréciation qui relevait déjà de la faute professionnelle.

Quant au mépris que manifeste cet individu dans son nouveau livre envers ceux et celles qui ont voué leur vie à la transmission de leur savoir et de leur connaissance, M. Allègre devient tout simplement abominable. Haroun Tazieff (on l’aura compris) mais aussi Paul-Émile Victor, le Commandant Cousteau, Nicolas Hulot, ces fortes personnalités capables de nous instruire et de nous passionner sur des sujets aussi fondamentaux que la survie des espèces, la protection de la nature, la compréhension des phénomènes naturels, l’avenir de l’humanité et des océans, sont mis au pilori. Claude Allègre ne manque pourtant pas de ressources quand il tente de se justifier : conseiller du ministre, ministre lui-même avec ses phrases à l’emporte-pièce totalement indignes de sa fonction mais qui glacent le sang, conseiller régional, député européen avec ses dix milles euros mensuels d’indemnités (+ 251 euros par jour pour le restaurant et l’hôtel quatre étoiles, allez expliquer ça à un employé lambda qui ne part en stage qu’une fois tous les dix ans avec sa tente de camping sur le dos faute d’argent)… Pendant ce temps-là les personnes décriées par l’auteur usent leurs fonds de pantalons ailleurs que sur les fauteuils dorés du Parlement européen : par leur travail au plus près du terrain et de la réalité concrète du monde, parfois au risque de leur vie, ils nous informent au mieux sur l’état des choses et nous alertent promptement de notre propre connerie humaine et de ses conséquences dramatiques !

Grâce aux médias, à la télévision, aux moyens de diffusion de l’information, on sait qui et quoi croire depuis longtemps et le public ne s’est jamais trompé ; il a apporté son estime et son amour aux vrais acteurs, à ceux et celles qui nous informent de manière juste et raisonnée, à ces précurseurs qui nous ont aidé à progresser intellectuellement. Grâce à eux, à elles, de façon ludique et pédagogique, nous avons pu développer notre capacité à analyser, mieux saisir les tenants et les aboutissants, bien penser par nous-mêmes et enfin, réagir efficacement. Dénigrer en 2009 l’écologie ou chercher à l’imposer de manière douce et compromettante afin de ménager ses amis et autres revenus financiers est une démarche partisane qui relève de l’appel au suicide devant l’urgence à traiter vite, fort et bien les catastrophes annoncées et quasi-inéluctables ; il nous resterait pourtant à en atténuer les effets pour assurer notre survie mais on n’a pas encore pris la mesure de la gravité du phénomène, peut-être à cause de ces rigolos de salauds qui profitent d’une situation difficile pour s’engraisser sur le dos des plus vulnérables, lobby du pétrole en tête, nos exploiteurs multi-milliardaires.

Face au mur des pollueurs/profiteurs, Nicolas Hulot pourrait aujourd’hui être considéré comme un véritable bienfaiteur de l’humanité, lui qui veut nous faire réagir individuellement à la gabegie de notre système. Yves Paccalet devient plus radical encore ; il possède le recul nécessaire pour affirmer que le pire est devant nous. L’homme n’est-il pas l’espèce la plus agressive ? La preuve, ce livre à ne pas lire ! En tentant de se faire remarquer par tous les moyens, le jugement et l’appréciation de Claude Allègre sur la question écologique ne dépasse pas la valeur que l’on peut donner à un homme de soixante-dix ans tourné vers le passé, occupé à flatter son ego, ce qui en soit ne me poserait aucun problème s’il n’était pas aussi faiseur d’histoires ! Un livre édité chez Plon (à ne pas confondre avec plomb, CQFD).

Le livre décortiqué, les réactions, voir ici : lepoint.fr

Pour connaître la rémunération exacte d’un député européen, cliquez ici

Celui-ci aussi, laissez-le dans les rayons ! 

C’est trop tard pour la Terre de Cécile Philippe, éditions Jean-Claude Lattès.

Voici un nouveau livre à ne pas acheter, lui non plus : il est écrit par une personne qui cherche à semer le trouble et la confusion dans les esprits insuffisamment ouverts à la question écologique. Les données du problème sont pourtant simples. Pour vivre à la campagne depuis toujours j’atteste que les mouches, les insectes, les papillons, les escargots, les chenilles et autres consorts ont quasiment disparu. 60% du goémon des côtes bretonnes et toute la vie qui en dépend –jusque dans nos assiettes !- sont gravement menacés de disparition. Les scientifiques attestent preuves à l’appui que le climat est déréglé, il faudrait être fou pour ne pas s’en être encore rendu compte. Les observateurs affirment que la fonte totale du Pôle nord va engendrer des cataclysmes dont l’ampleur dépasse déjà l’imagination mais pour l’auteur de ce livre, les O.G.M., ne sont pas nocifs à la santé, l’économie doit continuer à progresser, nous devons continuer à produire et nous engraisser sur le dos des plus démunis. Quelle tristesse de lire une pareille ineptie. Son argumentation sur les O.G.M. ? Parait-il, on ne possède pas encore la preuve de la nocivité. Mais la seule chose qui soit certaine, en fait, c’est qu’ils ne font pas du bien à la santé, aucune preuve dans ce sens là non plus ne pourra jamais être apportée vous pensez bien ! L’auteur réfute pourtant tout principe de précaution relégué au rang des prévisions alarmistes. Sa motivation est clairement affichée : il ne faut pas empêcher les industriels de prospérer ! Conséquence, le développement durable n’est pas une bonne solution, il y a du pétrole partout et pour longtemps (peu importe les destructions et les pollutions créées en son nom), il faut respecter le droit privé -sous entendu je suis une économiste inspirée par mes intérêts personnels-. Hélas pour l’auteur, ses intérêts ne sont pas les nôtres. Cet ouvrage n’est donc pas intéressant un point c’est tout.

 

Un film et un livre engagés : ça c’est de l’information vraie ! Pour Al Gore et toute son équipe voici un Prix Nobel bien justifié.
 

LAUREL ET HARDY « Les étoiles » de Neil Grant, éditions Gremese (1994), Gremese editore s.r.l. B.P. 14301, 00149 Rome.

Ce livre est géant. Comme le furent Laurel et Hardy dans leur duo comique inoubliable. Stan et Chaplin ont commencé ensemble par une tournée en Amérique du nord dans les années 1910 ; ils partageaient le même meublé à New York . Étaient-ils bons amis pour autant ? Stan saura se faire apprécier et évoluer par ses qualités propres. Quant à lui, Oliver est né en Géorgie. Dernier rejeton d’une famille de six enfants, chanteur ténor au timbre agréable, il s’occupa de la gestion d’un hôtel à Madison et regarda heures après heures passer les gens qui allaient et venaient. De son fauteuil du hall d’entrée, il accumula sans s’en rendre compte les informations les plus diverses liées au comportement humain, ces connaissances utiles qui lui permettront bientôt de pasticher dans ses rôles les individus les plus excentriques… Vous apprendrez tout dans ce livre, vous rirez et vous pleurerez, vous ressentirez l’âme des artistes, les vrais, ceux qui ont consacré leur vie au métier parce qu’au début de leur carrière il n’avaient pas le choix, il fallait gagner son pain quotidien ou crever mais habités par le feu sacré ces deux tempéraments extraordinaires et complémentaires allaient se retrouver pour le meilleur et parfois pour le pire. Riche de photographies rares et très révélatrices de la bonhomie naturelle de ces personnages hors du commun, les textes sont très bien traduits de l’anglais. « Stan et moi nous nous sommes bien amusés à jouer pour vous. Merci, au revoir et que dieu vous bénisse ! ». Dernier rappel sur scène d’Oliver en 1952. « Les As d’Oxford » venaient alors de nous faire leurs adieux. Mais les gars, personne ne vous a oublié et ce n’est pas demain la veille !

« Jeunes ou vieux peu importe, nous sommes tous capables d’apprécier le vrai talent lorsqu’il éclate au grand jour ». Odette et Pol, bon public depuis toujours.

Au nom de nous tous

INDIGNEZ-VOUS !, un livre de Stéphane Hessel (2010) aux éditions Indigènes.

Ce livre n’est pas un livre mais un témoignage, un ouvrage sur les états d’âme d’un être humain au destin exceptionnel. Diplomate, ambassadeur, résistant, déporté, écrivain, poète, conférencier, Stéphane Hessel est l’un des piliers fondateurs de La déclaration universelle des droits de l’homme (*). Il faudrait être complètement insensible pour ne pas ressentir une grande émotion à la lecture des propos sincères du « vieil homme » resté très jeune d’esprit, ses conférences dans le milieu estudiantin étant couronnées de succès par exemple lorsqu’il intervient dans le développement des activités pour la jeunesse (il est le parrain de la première radio lycéenne française). Justement révolté par le comportement inqualifiable du gouvernement israélien et de son armée lors de l’opération de bombardement et d’occupation de la Bande de Gaza en décembre 2008, Stéphane Hessel « remet les pendules à l’heure » en prenant fait et cause pour le peuple palestinien comme une grande majorité de français. Ce n’est pas parce qu’une communauté pacifique et bienveillante a connu les monstrueux camps de l’horreur qu’elle doit laisser ses dirigeants agir de manière tyrannique et sanguinaire bien au contraire. Le témoignage basé sur l’expérience, le vécu comme l’on dit, rend l’ouvrage de Stéphane Hessel passionnant : les hommes bons, intelligents et fortement engagés dans le partage de leurs convictions humanistes deviennent si rares que l’on ne peut qu’adhérer à la démarche. Merci infiniment Monsieur Hessel mais combien de décennies faudra t-il avant d’espérer voir un véritable changement des mentalités ?

(*) Elle-même largement inspirée de La déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 issue de la Révolution française élaborée simultanément à La déclaration d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique de 1787 (l’une et l’autre déclarations se sont mutuellement inspirées, L’acte de La Haye aux Pays-Bas en 1581 ayant fait elle aussi des émules.

Radio vie lycéenne, c’est une association qui se veut apolitique avec sa programmation très musiques actuelles (avec une émission sur la musique classique le dimanche après-midi. La musique de film, évidemment, reste le parent pauvre de la programmation comme sur toutes les stations de radio françaises), cliquez ici

Livres Mélodies ModernesL’ ÂME DES ANIMAUX de Jean Prieur, éditions Robert Laffont. / SUR LE PONT DE L’ARC-EN-CIEL de Jean-Luc Janisjewski, éditions Le temps présent. / LES ANIMAUX… LEUR CHEMIN VERS L’AU-DELÀ de Laila Del Monte, éditions Véga.

Ces trois ouvrages parlent de la disparition d’un être cher. Si vous n’avez pas vécu cruellement la perte d’un chien, d’un chat, d’un cheval ou de tout autre animal que vous avez aimé et qui vous a tout donné, vous ne comprendrez pas le sens de ces ouvrages. Dans le cas contraire, si vous souffrez toujours du vide laissé par un de vos membres, le réconfort apporté par ces livres sera fonction de votre croyance (ou non) à Dieu ou à l’Être suprême. Il est difficile voire impossible pour un athée d’imaginer votre compagnon mort déambulant librement dans l’espace, vivant à vos côtés sans qu’il se soit même rendu compte qu’il était décédé, conversant avec vous depuis l’Au-delà à travers la pensée pour vous rassurer sur votre propre compte. C’est vrai que nous ne savons pas grand-chose, nous, pauvres humains si « coincés »… Aanor a perdu son chien adoré il y a dix mois et sa présence lui manque chaque jour davantage mais que peut-elle y faire sinon accepter ce qu’elle ne contrôle pas ? Vouloir faire croire qu’il existe une vie après le dernier souffle d’une agonie ou d’une mort paisible est une démarche très intéressante qui mérite toute l’attention du monde ; après tout, la vie après la mort, c’est toujours envisageable. Le plus tard possible, évidemment. Les auteurs en sont persuadés, par leur sérieux, par leurs connaissances acquises au fil du recueil des expériences basées sur d’innombrables témoignages dont on ne doutera pas de leur sincérité, nos fidèles compagnons trouvent l’épanouissement et la béatitude dans l’après-vie. Avant, pendant et après, ils sont présents, absents mais présents quand même, de passage ou réincarnés, partis sans partir ou revenus avant un nouveau départ, en tout cas, on finit par s’y perdre. Attention à ne pas se laisser emporter par ces questions philosophiques et cultuelles aussi passionnantes soient-elles car en y réfléchissant bien, rien n’est plus valable que de distiller le bonheur et la joie de vivre autour de soi ce que savent très bien faire nos amis les bêtes dotées de la faculté de vivre l’instant présent sans se poser, justement, trop de questions. Sous de rassurantes considérations positives et respectables, ces livres-témoignages encourageants et dynamiques ont au moins une qualité essentielle, celle d’exister et de nous transmettre un message sincère et rassurant, c’est toujours ça de pris sur l’adversité !

Le conseil des Mélodies Modernes. Vous pleurez votre animal chéri ? Soyez-en sûr(e), vous ne pouvez plus rien faire pour lui c’est trop tard. Mais reprenez-en un et donnez-lui tout l’amour du monde, il saura vous le rendre au centuple. Savez-vous qu’en France cet été, 100 000 animaux domestiques vont être lâchement abandonnés par leurs propriétaires ? De plus, d’après ces ouvrages, nos amours défunts veulent nous voir heureux sur Terre après leur disparition : l’arrivée d’un nouveau compagnon peut leur permettre de se réincarner en lui… Encore faut-il y croire mais pourquoi pas ? Tout est lié, la vie et la mort, l’être humain et toutes les autres formes vivantes sur notre planète, nous ne faisons qu’un avec la nature, contrairement à ce que dit la Bible qui place l’homme au dessus des autres espèces, ces objets uniquement nés pour nous servir… Loin de ces préceptes dépassés sur ce point précis, nous devons aujourd’hui œuvrer pour rendre la vie supportable et même agréable en société, cela ne dépend uniquement que de nous. Quant au reste…

Une conduite exemplaire parmi d’autres. Chaque jour apporte son lot de problèmes, petits ou grands, nous devons tous supporter notre misère, la vie est plus ou moins un long fleuve tranquille. Hector de Saint-Denys Garneau, écrivain québécois de la première partie du XXe siècle, disposait d’un talent immense et débordait à vingt ans d’une intense activité intellectuelle et artistique. Un grave souci de santé changera pourtant sa vie. Poète, « enfant en voyage tout seul », il mènera son chemin solitaire vers une recherche spirituelle émouvante. Il nous quittera à l’âge de 31 ans… Vous avez des capacités artistiques, sportives, spirituelles, intellectuelles, vous avez un rêve fou ou un objectif louable à atteindre ? Décidez-vous donc à faire le nécessaire pour vous épanouir avant qu’il ne soit trop tard, prenez votre avenir en main et retroussez vos manches. Avec un peu de chance et beaucoup de volonté, vous parviendrez à atteindre votre sommet. C’est ce que l’on appelle un destin. Assumez-le, assumez-vous, avant que la nature ne reprenne d’une main ce qu’elle vous a donné de l’autre.

 

Jeux de mots en guise d’épilogue

La citation du jour. « Mignonne, allons voir si la rose qui ce matin avait éclose, sa robe de pourpre au soleil, a point perdu cette vesprée, les plis de sa robe pourprée et son teint au vôtre pareil ». En citant Pierre de Ronsard (1555) je vous fais une fleur : je suis très fleur bleue et le propos suivant arrive comme une fleur. Vous êtes à la fleur de l’âge mais vous souhaitez conter fleurette à une jeune fille en fleur ? Offrez-lui sans retenue le CD des Mélodies Modernes en la couvrant de fleurs et dites-lui avec des mots doux, l’ émotion à fleur de peau, combien elles sont fleuries. Insistez sur le fait que ce CD est le fleuron de votre collection et dites-lui que vous transpercerez à coups de fleuret toute personne qui cherchera à lui faire du mal : vous souhaitez devenir son protecteur et cela fleure bon les nobles sentiments. Votre attention sur la fine fleur de la jeunesse pourraient vous amener néanmoins à fleur de terre dans la culture des fleurs en vous contentant des fleurs de la rhétorique. La fleuraison d’une âme sauvée d’un flirt fleuronné vaut bien un parterre fleurdelisé et un fleurage digne d’une composition de fleuriste. Un fleuriste de Honfleur qui se lève rarement après cette heure (à onze fleurs du matin, évidemment)…

Accès page suivante : le massacre des bébés

 

Mots-clés :

A lire également