1
Les compositeurs de musiques de films

Musiques de films

Pour en savoir plus sur les compositeurs de musiques de films et leurs créations, parcourez les pages suivantes !

2
La critique de film d'Alix

Critiques de films

3
Le Top 100 des plus belles musiques de films

Les 100 + belles BO de films

Est-ce possible ? Possible, oui bien sûr mais raisonnable, beaucoup moins.

Testez vos connaissances ! 4e partie

 

 

 « On accourt ! » Annaëlle.
 
 
Vous avez vu ? Tout est dans le regard alors entendons-nous, pas de musiques de films sans films : revoyez vos classiques avec ces vingt nouvelles questions 100 % cinéma qui vont vous pousser dans vos retranchements…
 

 

Pour chaque question, notez la lettre correspondant à votre choix. Les solutions sont détaillées dans le site Mélodies Modernes mais pour obtenir une réponse brève et immédiate, rendez-vous en bas de page.

 

 

* Question 1. Ils sont jeunes et ont l’avenir devant eux (photo ci-contre). Pourtant leurs visages tendus et angoissés indiquent un réel et profond malaise, croyez-le, il est de taille. Pourquoi John Stockwell et Alexandra Paul, deux acteurs malmenés dans le film, sont-ils aussi crispés ? Quel est l’objet de leur délire ?

A. Une voiture    B. Un cube de glace    C. Une explosion volcanique    D. L’arrivée des extraterrestres

Indice : je m’appelle Christine…

 

* Question 2. La voiture sert de prétexte à de nombreux films, reste à savoir laquelle est devenue la plus célèbre. Peut-être celle mise en images par Walt Disney, rappelez-vous la fameuse Coccinelle Wolkswagen dont la construction s’est arrêtée en 2003. Née dans l’Allemagne nazi puis symbole des « Trente glorieuses » de l’après-guerre où l’expansion économique battait son plein, les studios Disney s’empareront de ce véritable phénomène de société avec plusieurs films sur « La coccinelle ». Alors comment s’appelait affectueusement cette voiture aussi populaire que « vivante » ?

A. Chérie-bibi    B. Bibiche    C. Choupinette    D. Bichette    E. Choupette

   

 

* Question 3. Après les voitures issues de l’imagination débridées des hommes, les oiseaux à l’imaginaire infini ont été mis en vedette dans une multitude de films plus ou moins réussis. Il faut rappeler que rien n’est plus difficile que de filmer des animaux qui plus est sauvages mais aussi les enfants (qui peuvent l’être tout autant, François Truffaut ne dirait pas le contraire). « Les oiseaux » d’Alfred Hitchcock reste la production la plus connue et la plus impressionnante du genre. Qui a composé la musique du film ?

A. Neil Diamond    B. Lee Holdridge    C. Charlie Parker    D. Bernard Hermann    D. Lennie Niehaus

 

* Question 4. Une jeune actrice a débuté dans « La leçon de piano », un film aux très nombreuses récompenses internationales mais qui ne restera pas dans la mémoire d’Alix comme étant un chef-d’oeuvre. Devenue plus souriante dans ses rôles suivants, la jeune vedette se fera définitivement remarquer dans « L’envolée sauvage », un film sur une histoire remarquable mettant en valeur une relation fusionnelle entre l’être humain et le monde animal. Aujourd’hui, cette actrice néo-zélandaise est reconnue et considérée dans la profession cinématographique : comment s’appelle t-elle ?

A. Juliette Chêne    B. Kristen Dunst    C. Rebecca Hall    D. Aurélie Vaneck    E. Anna Paquin

Indice : des acteurs néo-zélandais nés en 1982, il y en a plusieurs (très mauvais jeu de mot, Alix vous présente ses excuses)

   

 

* Question 5. La plage est effectivement le lieu idéal de certaines activités sportives et de loisir (voir questionnaire page précédente) mais la montagne, c’est magique ! Été comme hiver, tout est passionnant et les accrocs de l’alpinisme ont versé un lourd tribu à la découverte de paysages exceptionnels. Les films de montagne ne sont pas si nombreux que cela, du moins ceux dont on se souvient éternellement. Quand les allemands se sont mis à l’ouvrage dès les années 20 dans de sombres et dramatiques productions devenues propagande, « Cervin » au début du XXe siècle et l’incontournable Mont-Blanc servaient déjà de décors naturels aux aventuriers de tous poils. Suivront les réalisateurs français Gaston Chelle, Georges Tairraz, Marcel Ichac avec les célèbres guides de Chamonix puis Jacques Ertaud, Gérard Herzog et le roc Clint Eastwood… La télévision associée au cinéma ne sera pas en reste avec le pédagogue Haroun Tazieff pour des images de montagne un peu plus chaudes sans oublier un film remarquable de Louis Daquin avec Maurice Baquet en 1944 relooké version télé en 1999 par Hiroz et Niemans avec la belle et délicieuse actrice italienne Silvia De Santi (voir photo ci-contre). Sur une musique parfaitement adaptée de Gabriel Yared, inspiré du roman de Roger Frison-Roche, comment s’appelle ce (télé)film ?

 A. La voie Jackson    B. Premier de cordée    C. Les Drus et les hommes    D. Le passage    E. Au sommet de la gloire

 

* Question 6. La montagne, toujours… Mais explosive : lorsqu’ Haroun Tazieff nous a expliqué de manière très pédagogique les secrets de la Terre dévoilés par ses yeux perçants et avertis, la musique de la série documentaire battait rapidement des records d’audience chez les amateurs de bonnes musiques de (télé)films. « Haroun Tazieff raconte sa Terre » nous a transporté sur tous les continents et dans toutes les atmosphères grâce aux talents conjugués du géologue-explorateur-aventurier-pédagogue et du compositeur, un musicien auteur d’une musique parfaitement bien adaptée aux images somptueuses. Nous sommes dans les programmes télé des années 80 alors retour sur images : comment s’appelle ce compositeur inspiré qui n’a pas continué, hélas, dans ce métier bien particulier ?

A. Robert Viger B. Robert Merle C. Maurice Jarre D. Maurice Biraud

   

 

* Question 7. Un marcheur solitaire s’enfonce dans la neige immaculée. Son but ? Rejoindre l’amour de sa vie malgré le temps glacial et les conséquences dramatiques d’une guerre terrifiante. « Retour à Cold Mountain » (photo ci-contre) vaut le détour. La musique du film n’est pas sans intérêt : mélodique, orchestrale, le compositeur a réussit une partition formidable, malheureusement trop absente dans un montage ne permettant pas sa valorisation. Dans le cadre d’un échange de bons procédés, le réalisateur devait pourtant savoir qu’une mise en valeur d’une bonne et vraie musique de film permet un retour gagnant, la preuve : on revoit les images d’un film grâce à sa musique et non l’inverse ! Dans cette production, « Retour à Cold Mountain », le compositeur s’est tout de même fait remarquer. Comment s’appelle t-il ?

A. John Williams    B. James Newton Howard    C. Trevor Jones    D. Gabriel Yared

 

* Question 8 : quatre énigmes à résoudre.

– Trouvez un lieu. Ma superficie est proportionnellement aussi petite qu’est ma réputation. J’existe depuis si longtemps… Tout le monde me connaît. Ce que j’ai vécu me permettrait de raconter l’histoire du monde ou plus exactement celle des hommes toujours préoccupés par un fait historique indiscutable, se faire la guerre. J’ai connu plusieurs ravalements : on a détruit tout ou partie de mes membres et mes fondations se sont élevées sur des vestiges datant de l’Âge du bronze alors… Toujours présente face à la Grande bleue, cette fichue pollution atmosphérique des temps modernes finira peut-être par achever ma dure existence. Transformée en sanctuaire puis en temple, je n’ai plus de forteresse que le nom mais je ne désespère pas de retrouver ma superbe grâce à la restauration des monuments inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Lieu de culte, les dieux de la mythologie friands de l’adoration des hommes trouvaient en moi leur meilleur alliée. Siège du Parthénon et de l’Autel de Zeus, j’ai vu Jean-Paul Belmondo virer dans les rues de la ville pour un casse qui a mal tourné en 1971. Mikis Theodorakis m’adore lui aussi : il me remercie souvent de lui avoir inspiré le sirtaki de Zorba, non loin d’ici. Vous me reconnaissez maintenant. Je suis… ?!

   

Trouvez une époque. Je me demande comment me vêtir aujourd’hui. Ce qui m’importe est de me sentir désirable tout en restant très à l’aise dans mon costume, ce qui n’est pas évident. La mode est en pleine effervescence, on invente de nouvelles tenues chaque jour ou presque ! La musique de Jean-Baptiste n’est pas en reste avec tous ses ornements, des fioritures parfois fatiguantes. Mouches, gants, dentelles, rien n’est trop beau pour moi. Mais je ne veux voir personne porter mes habits, la fourmi n’est pas prêteuse, c’est là son moindre défaut. Dans le doute mortel dont je suis agité, je commence à rougir de mon oisiveté. Mon père, justement, ignore à quel point mon destin est si cher : vais-je devoir fuir la conspiration et me réfugier dans le domaine de François d’Aix de La Chaize, un jésuite chargé par Louis Dieudonné de convertir les hérétiques dans les provinces françaises ? Bien sûr que non mais quelle époque tourmentée tout de même !…

Trouvez le nom du personnage imaginaire issu de cette époque. Les Princes n’en finissent pas de lancer des Frondes contre le roi, rien ne va plus à la Cour. Mais qu’il pleuve ou qu’il vente, le soleil continue de briller au château de Versailles. Le Royaume de France est pourtant malmené, le Cardinal complote, Marie Mancini colle à la peau de Louis-Dieudonné qui me vaudra de grandes désillusions. Heureusement Joffrey me sauvera et me rendra épanouie, sûre de ma beauté et de mon influence, de mon amour et de mes convictions, de mon ambition aussi… C’est ainsi que Borderie imagina son scénario pour son cinquième et dernier film sur mes aventures extraordinaires ; le roman des époux Golon, lui, va encore plus loin. Alors mes amis je m’appelle… ?!

   

 

* Question 9. Amour rime avec Cinéma. L’amour d’un homme pour une femme, d’une femme pour un homme, d’une femme pour son amant, d’un homme pour un homme, d’une femme pour une femme, d’un animal pour son maître, d’un homme pour sa maîtresse, d’un enfant pour son chien, amour d’un paysage, d’une époque, d’une mélodie… Rares sont les films marquants qui négligent délibérément les sentiments amoureux. Rien n’est en effet plus triste que de laisser se dérouler à l’écran des scènes dénuées d’émotion et de passion qui ne reflètent pas ce qui devrait motiver toute forme de vie humaine, animale et végétale sur Terre : l’Amour ! Dans de nombreux films, l’amour est rendu difficile voire impossible surtout lorsque la relation dérange l’Ordre préétabli : l’amour interdit (Les amitiés particulières), l’amour intergénérationnel (Lolita), l’amour des animaux au péril de sa vie (Gorilles dans la brume), l’amour d’une cause écologique (Home), bref, rien n’est jamais simple et facile. Sur ce, qui a composé la musique d’un des plus beaux films d’amour, « Titanic » de James Cameron en 1997 ?

A. John Scott    B. John Debney    C. James Horner    D. Serge Gainsbourg

Indice : son nom comporte celui d’un instrument de musique (en anglais).

 
 « Vite, vite, la suite du questionnaire ! » Annaëlle.
 
   

 

* Question 10. L’amour, encore et toujours. Associez chaque compositeur au film pour lequel il a composé un love theme, une mélodie romantique adaptée à la situation. À noter que ces musiques sont pour la plupart dans le Top 100 des plus belles musiques de films établie par les Mélodies Modernes (deux mélodies occupent les deux premières places du classement !)

A. John Williams    B. John Barry    C. Daniel White    D. Max Steiner    E. Daniele Amfitheatrof    F. Michel Magne    G. Basil Poledouris    H. Armand Amar

1. Vivre libre (Nés pour être libres, 1972)    2. Lassie, chien fidèle (1943)    3. Angélique, marquise des anges    4. Home    5. Le lagon bleu    6. Belle et Sébastien (tv)    7. E.T. l’extraterrestre    8. Autant en emporte le vent

   

* Question 11. Tous les instruments de musique possibles et imaginables ont été utilisés pour la musique de film, parfois certains sont sortis de l’imagination débridée de grands compositeurs, on pense aux bandes magnétiques de Louis et Bebe Barron pour « Planète interdite », aux générateurs de fréquence de François de Roubaix, aux instruments rares de Vladimir Cosma ou à la voix humaine qui a bien servi la cause. Quel compositeur a eu l’idée efficace de placer un micro dans une bouteille d’eau elle-même posée sur les cordes d’un piano à queue afin d’obtenir le son recherché et ceci pour quel film ?

 A. Arthur B. Rubinstein pour « Wargames »    B. Florian Fricke pour « Fitzcarraldo »    C. René Aubry pour « La révolte des enfants »    D. Vangelis pour « L’apocalypse des animaux »

 Indice : si vous ne répondez pas à cette question, ne vous en faites pas, ce n’est qu’un jeu !

 

* Question 12. Photo ci-contre : comment s’appelle « cette bonne bouille » avec sa poupée entre les bras ? Il est curieux qu’un garçon de son âge joue encore à la poupée, un jouet habituellement destiné aux filles. Sa petite sœur ne lui en veut pas pour autant, elle a simplement peur d’une situation dramatique malgré le sourire forcé de son frère. On veut du mal à ces enfants : qui les inquiète et surtout dans quel film ?

A. Alain Delon dans «Attention ! Les enfants regardent »    B. Roddy Mac Dowall dans « Lassie chien fidèle »    C. François Truffaut dans « L’enfant sauvage »    D. Robert Mitchum dans « La nuit du chasseur »

   

 

* Question 13. La mélodie est à la base de toute bonne musique de film. Certains musiciens vous diront qu’elle n’est pas obligatoire, que la musique c’est tout de même autre chose qu’un simple refrain mais en attendant, ce qu’aime le public et à juste raison, ce qu’il revendique et plébiscite nettement, c’est la mélodie « à la française ». Disparue de la musique de variété depuis deux bonnes décennies, l’esprit mélodique des compositeurs hexagonaux revient à la mode. Il faut malheureusement « se lever de bonne heure » pour en trouver une qui convienne à Alix, la critique du site Mélodie Moderne qui devient de plus en plus exigeante en prenant de l’âge. Par définition, c’est quoi exactement, une mélodie ?

A. Des notes qui se suivent par intervalles consonants    B. Une suite de notes qui respectent la tonalité    C. Un enchaînement de notes agréables à entendre    D. Le pendant de l’harmonie et le début du contrepoint

 

* Question 14. « Rage » est un film terrifiant puisqu’il montre le combat d’un père contre les assassins de son jeune fils. Ils campaient en pleine campagne, tous deux insouciants, jusqu’au passage d’un banal avion de tourisme… L’armée venait de pulvériser un produit hautement toxique : accident ou expérimentation ? Basé sur une histoire vraie, l’acteur George C. Scott (photo ci-contre) réalisera son premier long métrage, un combat pour la vie contre les forces du mal. Il va lutter, malade et agonisant, contre une chaîne entière d’hommes irresponsables représentant les autorités publiques, les forces militaires et les intérêts privés de grands groupes commerciaux qui ne veulent pas qu’un scandale éclate au grand jour. Les laboratoires ne vivent-ils pas en partie grâce à la désinformation du public ? Chef-d’œuvre simple et efficace du cinéma réaliste de 1972, un musicien inspiré et volontaire saura s’adapter au scénario éprouvant par l’utilisation d’une jolie mélodie à l’harmonica avant la sombre musique atonale, plus conforme à la tragédie. À quel compositeur George C. Scott a t-il confié la musique de son film poignant ?

A. André Gagnon    B. Michel Colombier    C. Lalo Schifrin    D. Elmer Bernstein

   

 

* Question 15. Le chien est le meilleur ami de l’homme et rien ne le distingue parfois à l’écran du cabotinage de certains acteurs professionnels. Dans la liste suivante, quel nom célèbre n’a pas été attribué à un chien ?

A. Rin-tin-tin    B. Lassie   C. Pomponette    D. Copernic    E. Patmol    F. Sorbonne

 

* Question 16. La condition animale en France est catastrophique : chaque seconde une quantité astronomique d’animaux subissent une souffrance indescriptible comparable aux camps d’extermination créés par les nazis pour leurs semblables, les hommes. En mangeant de la langue de bœuf, en dégustant des escargots, même en se faisant simplement cuire un œuf, sommes nous conscient du drame qui se joue par derrière ? L’alimentation biologique épargne autant que possible les animaux même s’ils finiront tout ou partie dans nos assiettes ; les moments de leur courte vie sont au moins préservés. À votre avis, combien d’animaux d’élevage (hormis les poissons) sont tués chaque année en France uniquement pour nous remplir la panse ?

A. Un million    B. Dix millions    C. Un milliard    D. Dix milliards

   

 

* Question 17. De nombreux compositeurs pour le cinéma ont marqué leur époque en gérant une carrière remarquable qui s’échelonne sur plus de quarante ans… Ce musicien parisien signataire d’une musique bien identifiable pour les films de René Clair, Christian-Jacques ou autre Jacques Becker produira une quantité invraisemblable de mélodies toutes plus chantantes les unes que les autres. « Le million, Fanfan la tulipe, Casque d’or, La masque de fer… », les plus grandes productions du cinéma français lui vaudront une partie de leur succès. L’opérette n’est pas en manque, le travail du compositeur y sera également remarquable et plusieurs chansons resteront en mémoire. Avec « Comme de bien entendu, Un mauvais garçon, La complainte de la Butte, Un jour tu verras… », orchestrateur inspiré pour ses propres compositions mais arrangeur sensible aux anciennes mélodies du passé, comment se nomme cette légende française de la musique de film ?

A. Georges Delerue    B. Georges Bizet    C. Georges Auric    D. Georges Van Parys

 

* Question 18. Louis Velle (photo ci-dessus) semble surpris : qu’est-ce qui peut bien lui arriver ? Un problème avec son permis de conduire probablement mais en y regardant de plus près, c’est une voiture (à nouveau) qui lui pose d’énormes difficultés : conduire, il n’aime pas ça ! Dans un film très plaisant de Jean Girault en 1973, Louis Velle alias Michel Martenot mène un combat contre le temps : de la maison au boulot, bonjour l’angoisse. Tout un petit monde va subir son stress : Jacques Jouanneau son beau-frère, Bernard Lavalette son PDG, Paul Préboist le chef de gare, Robert Castel l’agent de police, Jacques Legras en examinateur de l’auto-école dirigée par Maurice Biraud, Pierre Tornade en directeur de la banque et surtout Pascale Roberts son épouse ! Avec la présence de Michel Dussaussoy, de Claude Chabrol et de Chantal Nobel débutante, la musique du film est parfaite. Dynamique, entraînante, symphonique et quelque peu urbaine avec l’écho des vents dans l’aigu comme les klaxons qui crépitent sur le périf’, le générique de fin est chanté par Philippe Clay. C’est que du bonheur, comme on dit. Comment s’appelle le compositeur ?

A. Raymond Lefèvre    B. Raymond Lefebvre    C. Raymond Le Fèvre    D. Raymond Le Faivre

   

 

* Question 19. C’est la danse des canards (air connu) comme semble le faire Annaëlle la grande nageuse de la photo ci-contre. Malgré sa détermination à marcher le plus correctement possible, ses palmes resteront un handicap insurmontable, la chute n’est pas loin quand la petite sirène commencera à courir ! La danse est un élément moteur de l’Art et bon nombre de films démontrent les difficultés de la spécialité. À l’instar de la musique classique et de la peinture, la discipline s’est restructurée et accepte les nouvelles créations : la Jeune danse française contemporaine issue de l’initiative individuelle de danseurs célèbres et du Ministère français de la culture ont travaillé depuis 1981 à son développement sur tout le territoire parallèlement aux efforts de nombreuses municipalités (Les Villes de Paris, Montpellier et Lyon par exemple) qui soutiennent des festivals réputés. La danse est un art difficile, les petits rats de l’Opéra de Paris en savaient quelque chose avant que les choses ne changent avec une nouvelle équipe dirigeante moins dure. De fait, la baisse de niveau est générale dans les établissements spécialisés d’enseignement artistique en France : on ne forme plus aussi bien les artistes qu’avant ! Les écoles de musique se transforment de plus en plus en Centres de loisirs, des lieux bien sympathiques dans lesquels vient qui veut, qui peut quand il veut mais sans aucune obligation d’assiduité encore moins de résultat ; la méthode d’apprentissage du violon de l’école franco-belge rigoureuse et performante, élaborée au XIXe siècle par de grands interprètes a cédé la place au n’importe quoi pédagogique. Plus besoin de savoir lire la musique (ni de l’écrire), inutile de mémoriser quoi que ce soit, application de la politique du moindre effort (les pseudos profs modernes font poser du ruban adhésif sur les archets), pour résumer, bonjour la déprime des puristes ! Au fait, laquelle de ces méthodes d’apprentissage du violon servant de référence au Japon et aux États-unis (!) commence à faire une poignée d’émules en France chez les enseignants démagogues tombés dans la facilité ?

A. La méthode Suzuki    B. La méthode Color string    C. La méthode Kodaly    D. La méthode Martenot

   

 

* Question 20. Les questions posées dans le site Mélodies Modernes concernent les compositeurs de musique de films, la composition musicale de manière très générale mais aussi tout ce qui gravite autour du cinéma, des films et finalement de la vie car en y réfléchissant bien, rien n’est plus vivant qu’un bon film. L’avènement de la 3D (la 3e dimension, un relief créé par le rajout de la profondeur en plus de la largeur et de la longueur) va relancer l’intérêt du passionné que vous êtes mais la quatrième dimension, ça va faire très très mal ! Utilisé dans de nombreux romans d’anticipation des années 50 et titre d’une grande série à succès de science-fiction de la télé, qu’est exactement la quatrième dimension ?

A. Un espace vectorie    B. Une dimension encore inconnue    C. Un monde parallèle    D. Une vitesse supraluminique    E. Un espace-temps

 

* Question bonus 21. Quatre questionnaires vous sont proposés dans le site Mélodies Modernes et ils représentent quatre vingt questions balayant toute l’histoire du cinéma et de la musique de film, ceci dit sans prétention ; le travail est tout de même soigné. L’illustration du site met en valeur les photographes amateurs et professionnels dont les clichés sont disponibles dans plusieurs agences spécialisées (dont Fotolia). Les montages des photographies extraites des films sont réalisés par votre serviteur qui adore le cinéma et la musique de film. Pour toutes ces (bonnes) raisons, à votre avis, combien de personnes ont visité le site Mélodies Modernes en 2011 (du 1e janvier au 31 décembre) ?

A. 1 000    B. 2 500    C. 5 000    D. 10 000    E. 25 000

 

 

 

 Les réponses au questionnaire
   

 

Question 1, réponse A, une voiture, très exactement un cube de ferraille compressée du film fantastique et d’horreur « Christine » de John Carpenter en 1980. On comprend mieux le désarroi de nos deux jeunes victimes lorsque l’on connaît la voiture qui parle et qui tue, la voiture nommée Christine !

 

Question 2, réponse E, Choupette. Hormis le surnom de la Wolkswagen dans « Un amour de coccinelle », Choupette est également le nom d’une variété de pomme française créée en 1986 dans le Val de Loire. Chouette Choupette !

 

Question 3, réponse D, Bernard Hermann. Compositeur attitré d’Alfred Hitchcock qui le remerciera pour son travail pourtant excellent dans « Le rideau déchiré », Mark Isham a de son côté composé la musique de « L’envolée sauvage », Neil Diamond et Lee Holdridge celle de « Jonathan Livigstone le goéland », Charlie Parker et Lennie Niehaus celle de « Bird » un drôle d’oiseau de saxophoniste !

 

Question 4, réponse E, Anna Paquin. La gamine de « La leçon de piano » avec son visage fermé dans un rôle antipathique est née la même année que ses collègues de travail : Juliette Chêne et Aurélie Vaneck que l’on a pu apprécier au théâtre et à la télévision dans « Plus belle la vie » ; Kristen Dunst dans « Spider-man » ; Rebecca Hall dans « Le portrait de Dorian Gray ». Solution du jeu de mots horrible : des acteurs néo-zélandais nés en 1982, il n’y en a pas qu’un (Paquin).

   

 

Question 5, réponse B, Premier de cordée. Le tournage dans des conditions difficiles avec des acteurs peu formés aux sports de montagne vaut au téléfilm en deux parties un succès mérité. « La voie Jackson » avec Edward Meeks, l’acteur et producteur américain (francisé, on y tiens !) rendu célèbre dans son rôle des « Globe-trotters » avec Yves Rénier nous avait déjà séduit en 1981 dans une série télé passionnante. Quant « Au sommet de la gloire » et « Le passage », ce ne sont pas des films de montagne. « Les Drus et les hommes » n’existe que dans l’imagination sans limite d’Alix..

 

Question 6, réponse A, Robert Viger. Le compositeur a réalisé une très belle musique de documentaire télé. Bientôt dans le site des Mélodies Modernes, une analyse de ses partitions étonnantes. Robert Merle est un écrivain, Maurice Biraud un comédien et humoriste attachant et Maurice Jarre, un grand compositeur de musiques de films.

 

Question 7, réponse D, Gabriel Yared. Le compositeur a réussi une belle mélodie bien orchestrée pour un film qui engendre la nostalgie. Les autres compositeurs de la liste ont, eux aussi, écrit pour des films mettant en valeur la montagne : John Williams pour « La sanction » de/avec Clint Eastwood, James Newton Howard pour « Vertical limit » de Martin Campbell avec Chris O’Donnell et Scott Glenn, Trevor Jones pour « Cliffanger/Traque au sommet » de Renny Harlin avec Sylvester Stallone. Bon allez, on ne va pas en faire toute une montagne…

   

 

Question 8 (énigmes), Un lieu à trouver : il s’agit de l’Acropole d’Athènes. / Une époque à trouver : le XVIIe siècle, celui des arts et du Roi-soleil Louis XIV de son vrai nom Louis-Dieudonné. La musique de Jean-Baptiste Lully fait merveille tout comme les poèmes de Jean de La Fontaine avec « La cigale et la fourmi » dont est extrait « La fourmi n’est pas prêteuse, c’est là son moindre défaut ». Autre écrivain célèbre, Jean Racine avec « Phèdre et Hippolyte » acte 1 scène première « Dans le doute mortel dont je suis agité, je commence à rougir de mon oisiveté ». / Une phrase qui colle bien au personnage à trouver, Angélique, marquise des anges dans sa période tranquille mais qui ne dure toujours qu’un instant, une femme imaginaire pour Anne et Serge Golon incarné à l’écran par Michèle Mercier mais qui reste bien vivante dans l’esprit des fans marqués par l’époque des grandes aventures romanesques.

 

Question 9, réponse C, James Horner. Le compositeur allemand n’a pas réalisé une musique de film exceptionnelle malgré le succès planétaire de sa chanson-phare très commerciale. La mélodie jouée aux synthétiseurs, s’est transformée en chanson interprétée par celle qui crie plus qu’elle ne chante, Céline Dion. Le compositeur obtiendra un Oscar et l’apparition de son nom sur une quantité inimaginable de jaquettes de disques compacts. Le naufrage, ce n’était pas un drame pour tout le monde Dans Horner on trouve le mot horn (associé au mot french horn) qui désigne le cor d’harmonie.

 

Question 10. A7 John Williams – E.T. L’extraterrestre / B1 John Barry – Nés pour être libres / C6 Daniel White Belle et Sébastien / D8 Max Steiner – Autant en emporte le vent / E2 Daniele Amfitheatrof – Lassie, chien fidèle / F3 Michel Magne Angélique, marquise des anges / G5 Basil Poledouris – Le lagon bleu / H4 Armand Amar – Home.

   

 

Question 11 réponse A, Arthur B. Rubinstein pour « Wargames » (traduction, Jeux de guerre), un compositeur qui n’est pas sans ressources dans le domaine de l’imagination.

 

Question 12 réponse D, Robert Mitchum dans « La nuit du chasseur », l’unique et extraordinaire film de Charles Laughton en 1955 (musique de Walter Schumann) qui fut un échec commercial. La bonne bouille est celle de Billy Chapin que l’on retrouve un an plus tôt dans « Tobor, le maître du monde » en 1954 (musique d’Howard Jackson).

 

Question 13 toutes les réponses sont justes. Il n’existe pas de définition précise de ce qu’est une mélodie car les critères ne sont pas seulement techniques, ils sont aussi subjectifs. Un mélodie est formée d’une suite de notes conjointes et disjointes, d’intervalles consonants mais aussi dissonants, les notes respectent la tonalité mais une phrase mélodique peut très bien se décliner dans un changement radical de tonalité. Bien évidemment, la mélodie sert l’harmonisation qui le lui rend bien. Le contrepoint est une superposition de lignes mélodiques.

 

Question 14, réponses C, Lalo Schifrin. Le compositeur argentin composa la musique de « Rage » après THX 1138 de Lucas et L’inspecteur Harry de Siegel. Suivront une multitude de B.O. d’une qualité toujours constante, quel talent ! Les trois autres compositeurs de musiques de films n’en manquent pas non plus (Gagnon, Colombier et Bernstein).

 

Question 15, réponse C, Pomponette. Vous aurez probablement reconnu le nom du chat de Marcel Pagnol dans « La femme du boulanger » en 1938 ! La pauvre bête se fera engueuler par Raimu incapable d’en faire de même avec sa femme adultère… Sinon impossible de vous représenter Rin-tin-tin et Lassie, ils sont trop célèbres. Copernic, c’est le fidèle compagnon de Doc dans « Retour vers le futur » ; Patmol, c’est Sirius Black transformé en chien dans les « Harry Potter » et Sorbonne, c’est le chien de Jean Rochefort dans « Angélique, marquise des anges ».

 

Question 16, réponse C, un milliard. Dans le monde, ce sont soixante milliards d’animaux d’élevage (sans comptabiliser les poissons) qui sont condamnés à servir de repas aux sept milliards d’êtres humains. C’est effarant. (Source : 10e Veggie Pride).

   

 Question 17, réponse D, Georges Van Parys. Georges Auric a lui aussi composé de très nombreux succès et la confusion avec Georges Van Parys est bien naturelle. Georges Delerue est également un très grand compositeur de musiques de films et de mélodies françaises sans oublier Georges Bizet plus particulièrement orienté musique classique (et parfois commerciale, on pense immédiatement au Boléro). Que du beau monde !

 

Question 18, réponse A, Raymond Lefèvre. Lefebvre, c’est le nom d’un autre artiste, le comédien et acteur français Jean Lefebvre que l’on ne présente plus ! .

 

Question 19, réponse B, La méthode Color string. La méthode Color string a été élaborée par un hongrois résidant en Finlande ; elle est basée sur la codification du son par la couleur et s’inspire de la méthode Kadaly. La méthode Suzuki repose d’abord sur l’apprentissage collectif du violon par l’imitation avec une forte présence parentale plutôt que sur l’apprentissage intellectuel lié au développement de la réflexion. Quant à la méthode Martenot, c’est l’imagination au pouvoir, plus on invente, mieux c’est. On juge toujours l’efficacité d’une méthode et du professeur d’après les résultats obtenus par ses élèves. Quand il faut rectifier le tir, hélas, c’est bien souvent trop tard…

   

 

* Question 20, toutes les réponses sont bonnes. En physique, il existe deux définitions de la quatrième dimension : un espace vectoriel (une structure qui permet de faire des combinaisons linéaires, en clair, des calculs mathématiques terrifiants) et une grandeur exprimée par une unité (un mètre par seconde pour le déplacement de la lumière par exemple). La quatrième dimension, c’est une dimension encore inconnue et un espace-temps à l’intérieur duquel les déplacements d’objets ou de personnes s’effectueraient à une vitesse supraluminique (supérieure à la vitesse de la lumière), certainement dans un monde parallèle totalement inconnu. Totalement ?

 

* Question bonus 21 réponses D, plus de 25 000 personnes ont visité le site Mélodies Modernes en 2011 et avec vous, cela fait une personne de plus. Merci de votre intérêt et de votre fidélité car plus de cinq mille internautes reviennent régulièrement nous voir sur le site. Bonne continuation avec les Mélodies Modernes !

Annaëlle a terminé son château de sable et rejoint ses ami(e)s en Bretagne : le 5e questionnaire se trouve page suivante !

Mots-clés :

A lire également